Quel parti prendre pour le mariage de la duchesse Anne de Bretagne ?

 

La succession du duché

A la mort du duc François II son père en 1488, Anne de Bretagne, héritière du duché, devait choisir un époux qui convienne le mieux à la Bretagne, menacée de toutes parts par les prétentions française (Charles VIII), anglaise (Edouard V, fils du roi Edouard IV), et même espagnole (l'Infant d'Espagne) et autrichienne (Maximilien d'Autriche); et ce alors même que son pays était ravagé et attaqué par des troupes ennemies. Une alliance avec un monarque étranger, ou un prince (le prince d'Orange), ou bien avec un haut seigneur breton tels que Alain Le Grand, sire d'Albret, ou le vicomte Jean de Rohan (fils du duc de Rohan) aurait assuré un solide appui politique aussi bien que militaire à cette pauvre Bretagne dévastée et ainsi consolider le duché.

Les promesses et les trahisons se succèdent alors dans tous les camps, chacun recherchant son intérêt devant l'immense gain en puissance que procurerait un tel mariage. Le maréchal de Rieux, nommé tuteur de la duchesse Anne par François II à sa mort, soutient d'Albret car il veut écarter Maximilien jugé trop éloigné de la Bretagne et Rohan qui ne cesse de multiplier les trahisons. Aussi, lorsque la duchesse refuse la main de d'Albret, le maréchal s'insurge, accuse le chancelier Philippe de Montauban d'influencer la duchesse, et s'en va s'emparer de Nantes, soulever la garnison et armer les remparts. Il constitue alors un nouveau gouvernement, avec Gilles de la Rivière comme chancelier.

(Inspiré du livre Anne de Bretagne par Henri Pigaillem)

Le choix de Jean de Boisboissel

Jean de Boisboissel suit son parti, après avoir probablement guerroyé avec lui contre les Français quelques mois auparavant car il est indiqué comme membre de ce gouvernement révolté, assistant le maréchal de Rieux et la cause de d'Albret. Il est dès lors probable qu'il partit de nouveau au combat sous ses ordres début 1489, peut être pour enlever Machecoul ou La Chèze, et assiéger Brest. Mais face à la popularité de la duchesse, et à sa situation affaiblie, le maréchal traite et se décharge de son rôle de tuteur, moyennant quoi la duchesse le réintègre à la table du conseil de Bretagne. Les Boisboissel vont dès lors se soumettre à une nouvelle génération de souverains que Anne de Bretagne choisira: les rois de France !

Index: