Procès verbal pour maintenue de noblesse de la famille Boisboissel

produit en 1669

 

Manuscrit français 8317, microfilm 5702

Nobiliaire de Bretagne, Fol. 74 v° - 75 r°

Procès Verbal:

Dame Françoise Noblet veuve d'écuyer Gilles du Boisbouexel sieur du Fossé Raffray, tutrice de messire Isaac Toussaint du Boisbouexel leur fils aîné et Louis, Yves et François-Ysaac du Boisbouexel leurs enfants puînés.

Portent d'hermines au chef de gueules chargé de trois mascles d'or.

Déclarés nobles et issus d'ancienne extraction noble la dite veuve maintenue dans la qualité de Dlle, ledit Ysaac Toussaint du Boisbouexel dans la qualité d'écuyer et de Chevalier, les autres en celle d'écuyer au Rolle des Nobles de la jurisdiction Royale de St Brieuc par arrêt du 6e aout 1669. M. Deniau raporteur.

Messire Gilles du Boisbouexel sieur du Fossé Raffray père desdits mineurs de son mariage en 7bre 1650 avec Dlle Françoise Noblet fille aînée de Messire Isaac Noblet et de dame Françoise de Tinténiac, sgr et dame de Launay Moslain, Monteville, était fils aîné de

Noble Hallain du Boisbouexel seigneur du Fossé Raffray qui en février 1618 avoit épousé Demoiselle Jeanne Le Long fille aînée d'Écuyer François Le Long et de Dlle de Doyer sieur et dame de Beaupré et de Colleteriou et eut pour sœur puisnée Anne de Boisbouexel dame Dalleux. Ledit Alain était fils unique de

Noble homme Jacques du Boisbouexel de son mariage en janvier 1589 avec demoiselle Anne de la Rivière, fille de noble et puissant Messire René de la Rivière chevalier, Capitaine de deux cents Chevaux légers et de deux cents hommes de pied pour le service du Roy et de dame Gilone Grigru, sgr et dame de Quehouêt, ledit seigneur étoit fils

D'autre Jacques du Boisbouexel écuyer sieur du Fossé Raffray qui en 8bre 1554 épousa Dlle Christophlette Le Borgne fille aînée de Noble écuyer Robert Le Borgne et de dame Anne de Bégaignon sieur et dame du Rumain et de Kgommars

Ledit Jacques Ier du nom étoit fils d'écuyer François du Boisbouexel de son mariage en juillet 1420 avec Demoiselle Marie Turnegoët fille de Jean et de Françoise Dolo, sieur et dame de la Hague Morais et de Restot et eut pour sœur demoiselle Françoise du Boisbouexel accompagne [sic] de Rolland de la Marche sieur du Tertre.

Ledit François était fils d'écuyer Jean du Boisbouexel et de dame et d'Anne-Françoise Henry, sieur et dame du Fossé Raffray et eut pour sœur demoiselle Marguerite du Boisbouexel qui fut mariée avec Pierre Conen

Ledit Jean fils d'écuyer Louis du Boisbouexel et de Jeanne Dolou, sr et dame du Fossé Raffray

Ledit Louis était fils de Noble écuyer Jean du Boisbouexel seigneur du Fossé Raffray de son mariage en 1424 avec Damoiselle Marguerite de Penhouët fille de messire Jean du Penhoët, chevalier, seigneur dudit lieu et de dame Marguerite de Beaumanoir.

Ledit Jean fut petit-fils de noble Écuyer Allain du Boisbouexel sr du Fossé Raffray, lequel Allain fut fils Juhel du Boisbouexel et de Gervaise sa femme et vivant en 1317.

 

Précisions:

Cette pièce est la plus authentique car elle est copiée dans les formes mêmes du procès-verbal de maintenue, c'est-à-dire en donnant la filiation en remontant. Dans ce procès-verbal, la filiation suivie est remontée et prouvée sur les contrats de mariage jusqu'à Jean marié en 1424 à Marguerite de Penhoët.

Des copies ultérieures de ce texte ont malheureusement altérer la date du partage en 1317 entre les fils de Juhaël et de leur mère Gervaise en 1437, ce qui est une erreur flagrante mais qui perdure de nos jours dans certains ouvrages (Dossiers bleus ou certains Catalogues Généalogiques de la Noblesse Bretonne ...). Ces copies sont donc à prendre avec critique. La rectification a d'ailleurs été faite par certains généalogistes comme Lainé et d'Hozier (Nouveau d'Hozier, vol 50)

D'après les instructions données pour prononcer une maintenue de noblesse, une filiation remontant à 1400 était suffisante pour justifier d'une noblesse d'ancienne extraction. Les informations complémentaires au-delà mais non justifiées par actes filiatifs tendent à établir que la famille remontait en fait trois ou quatre générations plus haut. L'acte dit que Jean est petit-fils de Alain. Il faut prendre le terme " petit-fils " au sens large, c'est-à dire pouvant signifier descendant (petit-fils étant un terme que l'on ne voit pas encore employé à l'époque.) Le rapport de date montre d'ailleurs qu'il manque plutôt deux que une génération.


Index: